Les réglages de mécanique… logique et précision

Régler une mécanique de piano, c’est ajuster point par point tous les leviers qui la composent afin que l’enchaînement de ces leviers soit à la fois limpide, rapide et efficace à la frappe du marteau sur les cordes.

 

 

 

 

 

 

 

Sur le schéma ci-dessus nous voyons en coupe les différentes parties qui composent une mécanique de piano droit :

 

  • La touche , axée sur 2 pointes, la pointe de balancier au milieu qui sert de levier et la pointe d’enfoncement sous les doigts qui sert à la fois de guide et de butée.
  • Le chevalet , en appui sur le bout de la touche (sur le pilote), il est axé grâce à une fourche fixée sur le sommier de mécanique. Il a plusieurs fonctions dont celle de pousser le marteau vers les cordes grâce au bâton d’échappement, lequel comme son nom l’indique s’échappe à temps pour ne pas écraser le marteau sur les cordes . Il vient également « recevoir » le marteau après la frappe sur la corde à l’aide d’une attrape.
  • Le marteau , en repos sur une barre du sommier , il est axé sur une fourche qui est aussi fixée sur le sommier de mécanique, il est propulsé par le chevalet vers les cordes, vient les frapper et redescend aussitôt s’arrêter sur l’attrape.

La mécanique du piano droit est la simplification de celle du piano à queue.

 

Sur le piano à queue les cordes sont frappées par en dessous d’où la disposition différente. Elle est plus complexe et comporte encore plus de leviers.
Elle permet un toucher plus précis, rapide et optimisé … à condition qu’elle soit réglée correctement .
Vous pourrez voir une animation sur le site des fournisseurs de mécanique Renner (fabricants de mécanique pour Steinway, Grotrian Steinweg, Bosendorfer etc. )

Le réglage est une partie extrêmement importante du travail des techniciens piano. Un piano avec une sonorité exceptionnelle ne sera jamais « bon » si la mécanique ne permet pas au musicien de l’exploiter correctement.
Le réglage se divise en 2 parties :
– le pré-réglage : c’est le fait d’aligner horizontalement, verticalement toutes les pièces de mécanique. Il va également permettre de rectifier le bon axe des leviers.

– le réglage à proprement parlé, c’est à dire trouver les bonnes cotes de hauteur, de positionnement des leviers les uns avec les autres pour optimiser le fonctionnement de la mécanique et appliquer ces cotes aux 88 touches.

C’est un travail minutieux et qui demande beaucoup de patience , chaque opération étant répétée 88 fois !